All for Joomla The Word of Web Design

Procès Mercenaires : Les avocats de Moise Katumbi et Darryl Lewis dénoncent toujours un procès « politique »

KINSHASA 10 octobre (Newsnetwork)—Les avocats de Moise Katumbi et Darryl Lewis ont dénoncé un procès « politique » après la séance de ce mercredi 10 octobre 2018 dans l’affaire dite « Mercenaires » devant la Cour Suprême de Justice faisant office de la Cour de Cassation à Kinshasa.

Ils ont demandé une remise au juge de la Cour pour que l’instruction de de la Direction Générale de Migration (DGM) soit annulé et que Moise Katumbi et l’américain Darryl Lewis retrouve respectivement le passeport et le visas congolais.

« Nous avons fait savoir à la Cour que Moïse Katumbi ne refusait pas de comparaître. Il est disposé à venir mais il y a cette instruction de la DGM qui interdit son entrée dans le territoire national tout comme Monsieur Darryl Lewis qui est allé à deux reprises à notre ambassade à Washington et le visa ne lui pas été accordé. Donc ils se trouvent dans l’impossibilité physique de comparaître non pas de leur faute mais de la faute de l’exécutif qui refuse leur entrée dans le territoire national. Nous avons demandé une remise pour que en attendant que le visa soit délivré à Darryl et le passeport à Moïse Katumbi. La Cour a refusé pour nous dire que nous n’avons pas qualité de parler en son nom alors que la jurisprudence nous permet de parler en leur nom pas pour instruire mais pour solliciter une remise. C’est politique, vous avez vu comment le juge était agité »,a dit Toussaint Ekombe, porte-parole du collectif des avocats de Moise Katumbi, à Newsnetwork.cd

Par ailleurs, la Cour a jugé que le dossier de l’un des 11 prévenus dans cette affaire soit envoyé à la Cour Constitutionnelle suite à une exception d’inconstitutionnalité relevée dans la procédure. Il s’agit de Kibinda Muteba Yannick. Il sera donc jugé devant le Tribunal de Grande Instance de Lubumbashi puisqu’étant un citoyen ordinaire.

Moise Katumbi, ancien gouverneur de la province riche de l’Ex-Katanga, était accusé d’avoir recruté des mercenaires pour éventuel coup d’Etat contre le gouvernement congolais. Une affaire qui pourrait lui couté 5 à 20 ans de peines. Candidat déclaré à la présidentielle prévue le 23 décembre prochain, Moise Katumbi est toujours exilé en Belgique et réclame toujours de participer à ces élections malgré écarté de la course suite à plusieurs dossiers judiciaires à sa charge.

La Rédaction

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password