All for Joomla The Word of Web Design

RDC : Tshisekedi veut « écraser » les groupes armés dans l’est du pays

Le président congolais , Félix Tshisekedi , a annoncé mardi dans la capitale rwandaise qu’il comptait « écraser »  la centaine de groupes armés nationaux et étrangers dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), l’une des régions les plus meurtries au monde par d’interminables conflits armés.

« Je suis en contact avec le haut commandement de l’armée. Nous sommes en train de mettre en place les dispositifs nécessaires pour écraser ces groupes armés , les éradiquer de notre quotidien », a déclaré à la presse Tshisekedi , en marge de la septième de Africa CEO Forum, un forum économique sur le secteur privé en Afrique.

Le chef d’Etat congolais , ses homologues Faure Gnassingbé (Togo) , Sahle-Work Zewde (Ethiopie) et le Premier ministre de la Côte d’Ivoire, Amadou Coulibaly, et d’autres responsables africains , des investisseurs occidentaux et experts ont pris part à ce forum coorganisé par Jeune Afrique Media Group , The Africa Report et Rainbow Unlimited – et qui a pris fin mardi.

« J’ai rencontré des chefs d’Etat des pays voisins et nous avons toujours évoqué cette question (…) J’avais promis à nos compatriotes de l’est que je vais leur donner la paix et je n’ai jamais abandonné cette promesse », a déclaré le président  Tshisekedi affirmant ne pas être un « spécialiste de la sécurité ».
Investi président de la République le 24 janvier , l’ancien opposant a affirmé avoir été « déconseillé » par le haut commandement de l’armée de se rendre dans l’est de la RDC « parce qu’il faut venir y arriver quand on est sûr d’avoir de résultat », s’est – il justifié.

« Nous sommes engagés ensemble pour lutter contre les groupes armés . C’est simplement un problème d’action et de volonté , nous allons maintenant faire ces actions pour éradiquer ça » a déclaré Tshisekdi, rappelant aux pays voisins que « nous sommes obligés de nous donner la main ».

Interrogé sur l’implication du Rwanda et de l’Ouganda dans les conflits armés dans son pays , Tshisekedi a affirmé que le problème est devenu « complexe (…) car il y a aussi des étrangers chez nous qui se préparent aussi à déranger ces voisins- là. L’insécurité peut aussi venir de chez – nous ».

Le successeur de Joseph Kabila faisait allusion aux forces démocratiques alliés ( ADF) et aux forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) deux rebellions respectivement opposées au régime de Kampala et Kigali.

Le Rwanda a plusieurs fois été accusés par l’ONU et des ONG Internationales de soutenir les groupes armés congolais.

Le dernier mouvement rebelle soutenu par Kigali est le M23 , défait en 2013 par l’armée congolaise avec l’appui des casques bleus de l’ONU. Kigali utilise ces groupes armés comme des milices contre les FDLR, selon plusieurs rapports des ONG et chercheurs.

Chris Ngomba

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password