All for Joomla The Word of Web Design

RDC-Dossier « Nomination au CAMI »: Sama Lukonde appelé à « préserver la République d’un scandale inédit et d’un autre pillage de ses ressources minières caché derrière la pression à exécuter sans faille une ordonnance présidentielle irrégulière »

Dans une déclaration dimanche 27 juin 2021, le collectif des ONGs de défense des droits de l’homme et mouvements citoyens appelle le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde à surseoir l’exécution de l’ordonnance présidentielle nommant les membres du comité de gestion du Cadastre Minier qu’ils qualifient « d’irrégulière ».

Pour ce collectif, il s’agira par cette action pour le Chef du gouvernement de « préserver la République d’un scandale inédit et d’un autre pillage de ses ressources minières qui est caché derrière la pression à exécuter sans faille cette ordonnance irrégulière ».

En effet, précisent ces organisations, plusieurs raisons concourent à l’inexécution de l’ordonnance du 27 Décembre 2018 portant nomination des membres du comité de gestion du CAMI.

Il s’agit notamment de l’inexistence de la copie certifiée conforme dans les archives du ministère des mines ; la volonté de la Ministre des mines à installer seulement la DG en lieu et place de chercher à installer tous les bénéficiaires de cette ordonnance ; la mise à l’écart par la Ministre des mines du Président du conseil d’administration du CAMI, un de bénéficiaires de cette ordonnance ; mais aussi la présence d’un lobby Libanais derrière cette ordonnance pour la faire exécuter.

D’après les ONGs et mouvements citoyens signataires de cette déclaration, l’exécution de cette ordonnance sur laquelle pèsent des graves soupçons de fraude et de corruption, est dangereuse pour la RDC qui s’est engagée, sous l’impulsion du Chef de l’État Félix Tshisekedi, à combattre la corruption et la fraude.

Plus encore, « le Cadastre minier, de par ses missions régaliennes est donc un instrument important pour la lutte contre la corruption et le détournement des ressources financières issues des contrats miniers et contre la fraude minière ». Ils appellent ainsi à l’intervention urgente du Président de la République garant du bon fonctionnement des institutions et du respect des lois de la République dans cette affaire.

Pour rappel, l’ordonnance nommant les membres du comité de gestion du CAMI dont il est question a été prise le 27 Décembre 2018 soit un jour seulement avant les élections générales du 28 Décembre 2018 par le Président de la République honoraire Joseph Kabila. Cependant, la copie certifiée conforme de cette ordonnance présidentielle n’a jamais été présentée au Ministre Kabwelulu qui était en fonction en cette période.

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password